FLASH INFO


 



  Nos partenaires
 

0 | 4 | 8 | 12

0 | 4 | 8 | 12

Vulgarisation du code de la santé : Elus locaux, chefs traditionnels, ASC et COGES en conclave à Lomé pour la deuxième fois

lundi 27 novembre 2017 à 15:48

Une cinquantaine d’élus locaux, chefs traditionnels, Agents de Santé Communautaires (ASC) et Responsables de Comité de Gestion des Structures de soins (COGES) ont débuté ce lundi au siège de l’Ong Aimes-Afrique à Lomé, un conclave de quatre jours axé sur les voies et moyens de vulgarisation du code nationale de la santé, a constaté une journaliste de l’Agence Savoir News.

Axée sur le thème : " Promotion de la santé : Faire des communautés des villes-santé au Togo", la formation initiée par cette Ong a pour objectif d’outiller ces acteurs clés de développement sur le code de la santé, ainsi que les différents canaux à utiliser en vue de sa vulgarisation.

Pour Dr. Michel Kodom (président de Aimes Afrique), "le code de la santé ne doit plus rester dans les tiroirs, tout doit être fait pour que le contenu soit connu des agents de santé et de toutes les couches sociaux professionnels".

"Le présent atelier s’inscrit dans une dynamique de promotion de la santé que nous avons initiée depuis 2016. L’audace qu’a pris notre organisation est un défi majeur et reste une approche consultée et collective en vue de solutionner les problèmes majeurs de la santé", a-t-il souligné.

"Nous avons constaté avec beaucoup d’humilité tout ce qui a été fait après la première formation. Mais cela demeure insuffisant, si nous voulons révolutionner la santé dans notre pays à travers notre approche. Beaucoup reste à faire et c’est le moment de nous asseoir pour mieux définir les perspectives à venir", a-t-il ajouté.


L’Union des Communes du Togo (UCT) a pour sa part félicité cette initiative qui a permis aux autorités locales et agents de la santé de prendre contact avec le code de la santé qui existe pourtant depuis 2009.

"Avec Aimes-Afrique, nous avons appris que la santé ne signifie pas l’absence de la maladie ou d’infirmité, mais un état complet de bien-être physique, mental, social", a indiqué Anumu Mikem (représentant de l’UCT).

Rappelons que l’Ong internationale Aimes-Afrique est spécialisée dans les activités médico-chirurgicales humanitaires.

Composée de médecins bénévoles, de spécialistes et chirurgiens, cette Ong apporte des services hospitaliers gratuits aux populations démunies des villages les plus reculés à travers l’Afrique. FIN

Chrystelle MENSAH

Savoir News, la maison de l’info

Share |
 



Accueil | Plan du site |   RSS   2.0 | Nous contacter
© Copyright SavoirNews 2015. Tous droits réservés.      Powered By Epresence