FLASH INFO


 



  Nos partenaires
 

0 | 4 | 8 | 12

Programme Assurance du FNFI : Les différents acteurs mieux aguerris pour son opérationnalisation (REPORTAGE)

mercredi 19 avril 2017 à 01:34

Membres des fédérations des bénéficiaires du Fonds National de la Finance Inclusive (FNFI) et des fédérations des groupements qui reçoivent l’appui du ministère du développement à la base ont été fortement sensibilisés ce mardi à Lomé sur le Programme Assurance du Fonds, pour son opérationnalisation, a constaté l’Agence Savoir News.

Des représentants des centres de santé, cooptés pour faire partie de ce programme, étaient aussi présents.

La signature de conventions entre le ministère du développement à la base et les partenaires clés et stratégiques pour la mise en œuvre du Programme Assurance du FNFI a été signé en mars 2016. Un an après, la mobilisation est faible : seulement 600 bénéficiaires du FNFI sont touchés par ce programme pour les 300 structures sanitaires équipées.

Selon les récentes statistiques, près de 700.000 personnes ont bénéficié des différents produits du FNFI entre avril 2014 et fin octobre 2016, d’où la nécessité de mettre l’accent sur la sensibilisation.

"Le Programme Assurance du FNFI est un produit qui nécessite une forte synergie entre le ministère de la santé, le ministre du développement à la base (qui pilote le FNFI) et tous les acteurs possibles", a souligné Mme Victoire Tomégah-Dogbé, relevant le besoin de mettre aujourd’hui, l’accent sur la sensibilisation, car toutes les localités n’ont pas encore réussi à profiter de ce programme.

"Raison pour laquelle nous avons réuni toutes les fédérations des bénéficiaires du FNFI, mais aussi les fédérations des groupements qui reçoivent l’appui du ministère du développement à la base, pour leur demander de nous accompagner dans l’opérationnalisation de ce programme", a souligné la ministre du développement à la base.

"Il y a lieu de mieux sensibiliser ces différents acteurs, afin de faire passer l’information. Nous devons aussi veiller à ce que les centres de santé qui sont cooptés pour faire partie de ce programme, jouent leur rôle", a précisé Mme Tomégah-Dogbé.

— "Un très bon projet" —

Le programme Assurance du FNFI est une solution de protection sociale pour les populations bénéficiaires des produits du FNFI et permet d’assurer la pérennité des activités de ces derniers en cas de survenance d’événements malheureux.

C’est un programme qui comprend trois volets : une garantie Accident/ Décès Accidentel (qui permet une protection contre les impayés en cas de survenance d’accidents de la vie aux conséquences dramatiques), une couverture multirisque professionnelle (afin d’assurer la pérennité de leurs activités génératrices de revenus) et une couverture santé (afin de permettre de faire face aux soins primaires en cas de maladie).

"Le programme assurance/FNFI nous aide à payer nos produits pharmaceutiques. C’est un très bon projet", a témoigné Mme Affeh Odéï, présidente de la Fédération des bénéficiaires des services financiers (FEBESEF) de Tchamba.

Par ailleurs au cours de cette rencontre de sensibilisation, 72 motos ont été mises à la disposition des fédérations des bénéficiaires du FNFI et des fédérations des différents groupements qui reçoivent l’appui du ministère du développement à la base, pour leur permettre de faire le suivi sur le terrain aux côtés du FNFI.

Précisons que ce Fonds comporte trois produits. A travers le produit APSEF (Accès des Pauvres aux Services Financiers) - premier produit -, des prêts de petits montants (au plus 30.000 F.CFA) sont octroyés à des couches pauvres notamment des femmes, à des taux très bas (5% sans caution matérielle ni de garantie), afin de leur permettre d’avoir de peu de ressources dont elles ont besoin pour développer des activités génératrices de revenus.

L’AGRISEF (Accès des Agriculteurs aux Services Financiers) s’adresse aux femmes et aux hommes qui sont potentiellement et économiquement actifs exerçant une activité agricole. Pour accéder aux crédits AGRISEF, il faut résider dans la communauté depuis au moins 2 ans. C’est un crédit d’un montant maximum de 100.000 F.CFA.

L’AJSEF (Accès des Jeunes aux services Financiers) est réservé aux jeunes en fin d’apprentissage ou des diplômés sans emplois sortis d’une école et qui ont une ferme volonté de suivre rapidement une petite formation qui les habilite à faire un métier et à créer un auto-emploi : crédit d’un montant maximum de 300.000 F.CFA.

Au plan national, le taux de remboursement des crédits est estimé à 90%. La préfecture de Tchaoudjo ayant enregistré 22.591 bénéficiaires est la zone la plus touchée, avec un taux record de remboursement de 94%. FIN

Edem Etonam EKUE

www.savoirnews.net, l’info en continu 24H/24

Share |
 



Accueil | Plan du site |   RSS   2.0 | Nous contacter
© Copyright SavoirNews 2015. Tous droits réservés.      Powered By Epresence